Présentation officielle d’INEF4 au Solar Decathlon

L’Institut pour la Transition Énergétique INEF4 a été lancé ce 9 juillet, à la Cité du Soleil à Versailles, dans le cadre du Solar Decathlon Europe 2014. La réunion a réuni 150 décideurs intervenant dans le secteur de la rénovation énergétique (centre technique, laboratoire de recherche, maître d’oeuvre, maître d’ouvrage, grand groupe, PME…).

Découvrir la vidéo de présentation d’INEF4

Dimension public/privé d’un Institut pour la Transition Energétique

Alain Rousset, Président de l’Association des Régions de France et du Conseil Régional d’Aquitaine, a introduit l’après-midi. Il est notamment revenu sur l’historique et les dates clés d’INEF4 ainsi que les enjeux et perspectives d’une structure de recherches sur le modèle du partenariat public/privé dédiée à la réhabilitation durable.

Alfonso Vegara, Expert international et Président de la Fondation Metropoli à Madrid a ensuite présenté lors d’une conférence les prospectives de villes du futur et l’importance des constructions innovantes pour concevoir celles-ci. La fondation Metropoli travaille, en effet, depuis 15 ans sur le concept de territoires intelligents. Elle a mis en place un réseau international d’échanges et de savoir sur le sujet avec des travaux de recherches, d’innovation et d’incubation au travers de véritables laboratoires de villes et territoires de projet.

Tables rondes dédiées à l’innovation ouverte

L’après-midi s’est poursuivie par deux tables rondes avec pour thématique : « l’innovation ouverte, un modèle pour doper la R&D et le développement de l’offre pour la filière construction/réhabilitation durable ».

Dans ce cadre, INEF4 a été présenté au travers de deux exemples de projets précompétitifs.

Première table ronde : Projet TERREHA

A l’origine, une idée de SRC, filiale du groupe Vinci-Construction France

Le projet TERREHA est un projet précompétitif aval, c’est-à-dire ayant vocation a débouché sur un système innovant disponible sur le marché à court terme. Sa thématique est le développement d’une solution pour la réhabilitation massive d’immeubles tertiaires en site occupé. Interrogé par Jean-Luc Buchou (Direction technique de PROMODUL) Philippe Mongé (Direction technique SRC – Vinci Construction France) a expliqué le contexte qui a donné naissance à la nécessité de rechercher des solutions totalement innovantes : les solutions classiques de rénovation énergétique présentent des limites technologiques et de mise en œuvre face aux attentes et exigences des maîtres d’ouvrage et la nécessité de proposer de l’innovation et de la rupture.

SRC étant adhérent à PROMODUL (membre fondateur d’INEF4) s’est donc tourné vers l’association, afin de voir comment l’outil de recherche et de développement INEF4 pourrait l’aider à faire évoluer ses techniques. Des rencontres ont eu lieu avec la direction technique de PROMODUL pour présenter l’idée et en affiner les contours afin de pouvoir le présenter au Directoire d’INEF4.

Présentation du projet au directoire INEF4

Frédéric Staat de l’Institut technologique FCBA (membre fondateur de d’INEF4), a expliqué ensuite le processus de sélection du projet par le Directoire. Le rôle du directoire, composé de membres fondateurs est, en effet, de valider et de suivre le déroulement des projets.  Le directoire se réunit avec engagement de confidentialité et décide d’une manière collégiale de l’éligibilité du projet sur la base de différents critères, techniques ou économiques : apport significatif de valeur ajoutée, innovation marquante, impact significatif dans la pratique de la réhabilitation/construction, perspective d’un modèle économique et amortissement de l’investissement. Le directoire procède à la nomination du chef de projet

Nomination d’un chef de projet et association d’autres acteurs

Frédéric Betbeder (INEF4/Nobatek) a détaillé son rôle de chef de projet : assumer l’ingénierie de compétence, l’Etat de l’Art au niveau Européen, affiner les éléments techniques, définir les moyens, identifier les verrous et les facteurs clefs de succès, analyse avec les premiers acteurs des autres industriels ou entreprises qui pourraient rentrer dans le projet et recherche des laboratoires et compétence universitaires.

Michel Perrin (Arbonis) et Frédéric Musselin (Saint-Gobain Glass Solution) sont ensuite intervenus pour expliquer ce qui les avait convaincus de rejoindre TERREHEA en tant qu’industriels.

Laurent Mora, du laboratoire I2M a quant à lui expliqué comment les parties recherche et développement qui lui étaient confiées aller apporter des critères de garanties au projet.

Elaboration d’un accord de consortium

Frédéric Betbeder a détaillé ensuite l’aspect financier. A la notion de risque est associée celle de bénéfice potentiel. La démarche amène donc très tôt à imaginer le modèle de business associé. Afin de protéger et de sécuriser tous les acteurs ainsi que la part de financement  public/privé, un accord de consortium est élaboré par toutes les entités concernés. Il définit ainsi la notion de copropriété liée à ce co-investissement. C’est aussi l’acte fondateur de la phase opérationnelle et de mise en œuvre du projet.

Conclusion

Philippe Mongé a expliqué en conclusion que même si au terme de ce projet de recherche et de développement, il n’était pas possible d’obtenir le résultat escompté, le temps investi serait rentabilisé par les avancées en termes de réflexions, techniques et d’élargissement des compétences, ainsi que par la découverte de matériaux et produits avec lesquels l’entreprise n’aurait pas travaillés dans un futur proche.

En cas de succès TERREHA ouvrira clairement des marchés et chaque réalisation sera autant de CO2 économisé et autant de fonds réinjectés pour de nouveaux projets dans INEF4.  Dans l’accord de consortium sont, en effet, déjà prévus les règles de partage de la propriété, dépôt éventuel de brevet, de marque et l’exploitation des résultats.

Deuxième table ronde : Projet Qualit Air Bat

Le projet Quali Air Bat est un projet précompétitif amont, c’est à dire un projet exploratoire visant à valider des approches nouvelles, basées sur des technologies émergentes. Ce type de projet est à risque mais porteur de forts enjeux. En effet les recherches de ce projet, allient la maitrise énergétique aux notions de santé et confort, qui sont des enjeux a fort impacts sur la filière.

Eric Papon (Vice-Président de l’Université de Bordeaux, membre fondateur d’INEF4) a animé cette table ronde avec comme intervenant : Christophe Cantau (chef de projet INEF4/Nobatek), Valérie de Sauzier (Directrice de recherche école des mines d’Ales), François Guido (Directeur de la maintenance Logirep) et Philippe Lagière (Directeur du comité scientifique INEF4).

François Guido a expliquer pourquoi, pour Logirep, important bailleur social qui gère plus de 50 000 logements, la question de la maitrise des consommations énergétiques, rattachée à celle de la maitrise de la qualité de vie et donc du thème « confort, santé » était un enjeu de grande importance.

D’où l’intérêt pour le bailleur de voir ce thème traité dans le cadre des projets amont lancés par INEF4.

Des travaux de recherches développés par le laboratoire de l’école des mines d’Alès

Valérie Desauziers a expliqué que l’Ecole des Mines avait engagé des travaux sur la relation multiformes entre matériaux et qualité de l’air intérieur notamment l’aspect psychosensoriels, et dont la mesure passe par des solutions assez complexes et lourdes en temps. Ces mesures ont évolué par le développement de nouveaux outils. Il y avait donc une complémentarité entre les objectifs de Qualit Air Bat et les recherches du laboratoire.

Pour Christophe Cantau, Chef de projet INEF4, le projet doit permettre d’aller plus loin en développant des campagnes de mesure sur des bâtiments types.

Pour conclure ces deux tables rondes, Philippe Lagière (directeur scientifique INEF4) a été interrogé par l’animateur de l’après-midi Maximilien Brabec afin de remettre en perspective INEF4 à la faveur de ces deux exemples concrets.

Solar Decathlon : un exemple de projets innovants

Le troisième temps forts de l’après-midi a été consacré à la présentation de trois projets concourant au Solar Décathlon 2014 et comment un lien pouvait être fait entre des prototypes innovants et l’habitat résidentiel de demain, remettant ainsi en perspective le rôle d’INEF4 au sein de ce processus :

  • Le projet Projet FENIX  Université Valparaiso/Univ. LaRochelle présenté par Laure Augenard,
  • Le projet PHILEAS Univ.et Ecoles Nantes présenté par Salomé Legrand, 
  • Le projet RECIPROCITY Univ. Appalachian (USA) /Angers (FR) présenté par Clément Espilondo,

Conclusion de l’après-midi

Jac Tortos a conclu l’après-midi en rappelant le fondement d’INEF4 à savoir le modèle de l’innovation ouverte. : co financement co-développement, copropriété en partageant les risques et bénéfices entre parties prenantes. La réussite d’INEF4 doit en faire rapidement un référent européen en matière d’innovation ouverte pour le secteur de la construction et aménagement durables.

L’après-midi s’est clos par un cocktail et une visite accompagnée des maisons SDE 2014.